Poker

Les mains classiques des WSOP

Les Secrets du Jeu | Publié le  | Par 

Quelques mains classiques des World Series Of Poker (WSOP) : Ungar, Chan, Roberts

Lorsqu'on en vient à évaluer certaines des nombreuses mains classiques à se démarquer au cours de la longue et illustre histoire des World Series of Poker, plusieurs critères peuvent être pris en compte. Dans certains cas, ce qui rend une main vraiment classique, c'est la manière dont un joueur peut remonter un adversaire en jouant lentement. D'autres mains classiques sont mémorables pour l'énergie qu'un joueur déploie pour effrayer le reste de la table. Et parfois c'est la sortie d'une carte imprévisible qui vaut à une main son statut de classique.

La bonne nouvelle pour les fans de poker, c'est que chaque année les WSOP offrent une gamme de mains classiques desquelles on peut retirer des leçons importantes. Par exemple, prenez la dernière main du main event des WSOP de 1997. Question surprise, peu de tournois peuvent égaliser cette partie. Le double champion Stu Ungar s'était frayé un chemin jusqu'aux plus hauts niveaux du jeu après presque une décennie d'écarts et d'abus de drogues. Il s'est retrouvé face-à-face contre le formidable John Strzemp.

Ungar a commencé sa partie de poker hold em avec AS de coeur/4 de trèfle. Strzemp a suivi la relance d'Ungar avec As de pique/8 de trèfle. Les deux joueurs ont tiré une excellente paire au flop avec As de trèfle/5 de carreau/3 de coeur, mais Strzemp avait le meilleur kicker. A la rivière, Stu “The Kid” Ungar avait une fois de plus impressionné tout le monde avec une quinte as-5. Il a remporté le main event, ainsi que 1 million de dollars. Cela a été un des comebacks les plus glorieux de l'histoire des World Series of Poker, et une vraie main finale classique.

En 1988, les spectateurs des WSOP ont connu des moments encore plus classiques. Un nombre inhabituel de joueurs se disputaient le main event cette année-là. A un moment où tous les adversaires avaient été écartés, le grand Johnny Chan s'est trouvé face-à-face contre le joueur alors inconnu Erik Seidel.

La tension dans la salle de poker était palpable au début de la dernière main. Johnny Chan a reçu Valet/9 de trèfle, et Seidel Dame de trèfle/7 de coeur. Puis le flop est venu, Dame/10/8 arc-en-ciel, qui a ratissé les mises des deux joueurs. Avec la révélation du vainqueur, Chan avait formé une belle quinte à la dame, clouant son adversaire au tapis. Johnny Chan a remporté son second bracelet main event consécutif ce jour-là, un performance incroyable de l'avis de tous. Mais Erik Seidel a fait grande impression aux observateurs attentifs, et il était clair que ce jeune compétiteur reviendrait illuminer les WSOP à de nombreuses occasions.

1975 a été une autre année intéressante du tournoi en matière de mains classiques. Le légendaire Brian "Sailor" Roberts a commencé la dernière main avec une paire de 9, et son adversaire Bob Hooks avait As/Roi dépareillés. Finalement, Roberts n'a pas perdu la face. Il a remporté son bracelet et 210 000$ de gains, et a inscrit son nom à jamais dans le livre d'or de l'histoire des WSOP.